Jorunn le Roi-scalde

Par Helgreir Voix-de-luth, Barde de Vendheaume

Né en 2E 546 de la reine Mabjaarn aux Mèches écarlates, le prince Jorunn a grandi en sachant que sa sœur aînée, Nurnhilde, était destinée à monter sur le trône. Chanteur d’un rare talent qui révère le pouvoir de la voix humaine, Jorunn a étudié à la Retraite du Scalde, sur l’île d’Or en dehors de Faillaise. Là, il apprit tout ce qui se pouvait apprendre auprès des bardes les plus renommés du Royaume de l’Est. On le surnomma le « Prince scalde » de Bordeciel.

Jorunn consacra presque toute sa jeunesse aux arts et à la philosophie, entretenant une vaste suite d’artistes, d’artisans et d’acteurs dans tout l’Est de Bordeciel et au-delà. Il séjourna à Longsanglot, Fort-Tempête, Sutch, Elinhir et

on dit même qu’il se déguisa pour visiter Solitude, la capitale du Royaume de l’Ouest. Bien qu’il affirma ne pas s’intéresser à la politique ou à l’exercice du pouvoir, son charisme naturel firent de lui le chef officieux de la communauté créative partout où il se trouvait. Même s’il ne reçut que peu d’enseignement formel dans les arts du combat et de la guerre (c’est-à-dire aussi peu qu’un prince nordique peut en recevoir), voyager en Tamriel a toujours été périlleux. Ses voyages lui apprirent des façons moins orthodoxes de faire face au danger.

Jorunn était à Faillaise quand les Akavirois de Dir-Kamal assaillirent la côte Nord de Bordeciel en 2E 572. Jorunn et ses camarades les plus proches, la « Meute des bardes », combattirent le long de la côte vers Vendheaume juste à temps pour voir les portes

de la ville céder sous les coups des Akavirois. Jorunn se jeta dans la presse, ayant l’habitude des combat de rue, mais fut incapable d’empêcher la chute de la ville et les trépas de la Reine Mabjaarn et de la princesse Nurnhilde, qui tombèrent toutes deux les armes à la main.

Blessé et anéanti de chagrin, Jorunn échappa de peu au pillage de Vendheaume. Sentant pour la première fois peser sur ses épaules les responsabilités conférées par son sang royal, il décida d’en appeler aux Grises-barbes et fit donc route, secrètement mais rapidement, jusqu’au Haut-Hrothgar. Pour des raisons qui n’ont pas été divulguées, les Grises-barbes appelèrent un héros de Sovngarde, Wulfharth le Roi des cendres, pour combattre à ses côtés.

Ensemble, Wulfharth et Jorunn, qui

revendiquait le titre de Roi-scalde, rallièrent les Nordiques de l’Est de Bordeciel, rassemblant une armée venue de la Brèche et de la périphérie d’Estemarche, puis fortifièrent Faillaise. Dir-Kamal, qui allait au Sud depuis Vendheaume, trouva Faillaise défendue par des Nordiques hargneux, inspirés par la présence de Wulfharth et impatients de combattre. Il décida alors d’éviter la ville et marcha sur Longsanglot, estimant que les Nordiques seraient soulagés de le voir partir.

Cette décision fut une erreur fatale. Jorunn et Wulfharth menèrent leurs troupes à la poursuite des forces akaviroises, et une armée nordique pénétra en Morrowind pour la première fois depuis la bataille du Mont Écarlate. Aux Éboulis, l’armée akaviroise fut prise en tenaille entre les Nordiques et une armée dunmer menée par Almalexia, mais

l’issue de la grande bataille fut indécise jusqu’à l’intervention surprise d’une phalange de Dos-de-fer argoniens menés par trois mages de bataille reptiliens. Les lignes des Akavirois furent rompues et ils furent rejetés à la mer, où ils se noyèrent par milliers.

Le Roi des cendres, son but désormais atteint, retourna en Sovngarde. Jorunn fut couronné Haut-roi dans la salle du trône du Palais des Rois de Vendheaume, trois semaines plus tard.